logo_DIM_okILEdeFrance_2019_150.jpg

Appel à projet 2021-2

Équipement Map-InStoRe au fil de l'eau

okonomi_equip_5.v2_lores.png

Manifestations d'intention > MENAS: Storage cluster for ancient material electron imaging

L'Institut de Minéralogie, de Physique des Matériaux et de Cosmochimie (IMPMC, UMR7590) est un institut pluridisciplinaire de physique, de sciences de la Terre et de biophysique‐bioinformatique, installé au coeur de Paris au sein de Sorbonne Université et du Muséum National d’Histoire Naturelle. Ses axes de recherche sont articulés sur des projets ambitieux visant à caractériser et explorer les propriétés des matériaux technologiques, naturels et/ou biologiques en conjuguant des recherches aux interfaces entre physique de la matière condensée, sciences de la Terre au sens large et biologie, les trois composantes fondamentales de l’unité. La recherche y est organisée en onze équipes thématiques qui s'appuient sur plusieurs « plateformes expérimentales », dont une plateforme de microscopie électronique ouverte à tous les utilisateurs y compris en dehors de l’IMPMC, regroupant un MEB‐FEG, un FIB, un MET‐FEG, un MET‐cryo et un MET de dernière génération dédié à la spectroscopie de pertes d’énergie des électrons (EELS) à ultra‐haute résolution spectrale (PANAM). Le MEB‐FEG est aussi associé à un microscope confocal à balayage laser (CLSM) qui peut être opéré en correlatif. L’Institut héberge enfin la collection de Minéraux de Sorbonne Université (campus Pierre et Marie Curie) et est lié aux collections de géologie (Minéraux, Roches, Météorites) du Muséum National d’Histoire Naturelle.


Le projet MENAS vise à se doter d’une infrastructure de stockage de données tièdes et froides générées de plus en plus massivement par ses plateformes de microscopies électroniques qui accueillent chaque année plus de 80 utilisateurs de l’IMPMC, de l’Ile-de-France et du reste de la France, avec une part importante d’activités sur les matériaux naturels anciens. La construction de l’infrastructure implique la mise en réseau des ordinateurs de pilotage de certains des microscopes et  le cablage informatique des pièces, l’achat d’un NAS et de disques de stockage ainsi que l’achat et l’installation d’un onduleur. Cette infrastructure permettra aux utilisateurs des plateformes de microscopie un accès souple et pérenne à leurs données et elle sera évolutive pour garantir la possibilité d’une extension des capacités de stockage dans les années à venir. Cet équipement est rendu indispensable par l’augmentation significative de la production de données par les appareils, y compris le nouveau microscope électronique en transmission résolu spectralement (PANAM) et par le besoin d’assurer la gestion des données dans le cadre de la science ouverte.

Personnes connectées : 1